mercredi 22 février 2017

OrelSan

Voici ce que j'appelle un clin d'oeil :

Après avoir publié deux textes encourageant de « baisser les masques »,
Âme de souk, persona et Non au voile, oui au masque,
tout à l'heure, vers 17h45, j'entends et découvre ce chanteur à la radio.

Bluffant !





13 commentaires:

  1. C'est fort ! les paroles font mouche mais ...on fait quoi après avoir dit tout ça ? Qui a la solution ? parce que finalement on tourne en rond... On dénonce, on dénonce mais on n'agit pas, je me mets dans le lot bien évidemment... ça me fait pleurer des paroles comme ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant d'entreprendre quoi que ce soit, il est important de faire un constat, un bilan ; de récapituler. Or, ce chanteur (bien jeune alors, si j'ai bien compris) pose les choses sur la table d'une façon que je trouve clairvoyant(il fait un tour d'horizon "complet") = à partir de là, penser à la suite...
      Il ne "dénonce pas", il tourne le dos à tout ça "adieu..."
      Bas les masques !
      Oui, Virevolte, c'est à pleurer.

      Supprimer
    2. le constat c'est ce qu'il y a de plus facile à faire, on s'est fait avoir dès notre naissance, on nous a mis dans le système et il est super difficile maintenant de s'en sortir. Aux prochaines élections j'irai voter blanc mais ça va servir à quoi ? D'autres iront voter pas forcément pour mais sûrement contre et un(e) autre pourri(e) sera au pouvoir, j'aurai toujours mon crédit sur les bras, ma voiture à nourrir pour aller bosser, mes enfants à insérer dans le système, c'est déjà fait ils ont tous les deux un compte bancaire et une Cb alors qu'ils n'ont pas de revenus mais c'est obligatoire d'avoir un compte si on veut recevoir la bourse et l'APL...ben oui, on s'enfonce dans le système qu'on déteste pourtant mais comment faire pour s'en sortir quand d'autres dépendent de toi ? Si j'étais seule peut-être que j'oserais partir et vivre une vie plus simple, sans travail à la con, sans impôts à payer, sans dette à rembourser, sans aides à attendre... qui sait ?

      Supprimer
    3. (J'apprécie ces échanges car je sens l'expression du coeur.)

      Deux choses ressortent :
      - combien nous sommes tous pris par le système ;
      - combien il est difficile (impossible) d'échapper à ce système,
      à ce fonctionnement que tu décris.

      Bientôt tes jeunes seront indépendants, Vi,d'autres choix de vie seront alors envisageables...
      Faire ce qu'on peut, par étape, se désengager peu à peu de ce qu'on déteste, à la Colibri, "révolution douce" (on avait eu un échange à ce sujet avec notamment Barraban)...

      Supprimer
    4. En parlant de colibri, je suis tombée sur des articles pas très sympas sur Pierre Rhabi et ses fils, intox ou réalité ? j'avoue que j'ai été un peu écoeurée...
      Le lien vers l'article :
      https://rebellyon.info/Le-clan-Rabhi-a-l-avant-garde-de-la-confusion
      ce qui me gène pour mes enfants c'est que je sais que le système n'est pas bon, que j'aspire à autre chose mais que je ne suis pas capable d'en sortir ni même de ne pas y faire entrer mes enfants! pffff!

      Supprimer
    5. Attention (j'irai voir après l'article) : P. Rhabi est un personnage très apprécié des français. De plus en plus de gens se déplacent pour aller l'écouter dans les conférences et autres. Forcément, il commence à déranger = forcément, des détracteurs vont tout faire pour casser son image et surtout, son influence (je parle de Pierre R., car concernant ses fils, je ne sais pas, un fils n'étant pas son père. Je trouve détestable qu'ils vont jusqu'à chercher dans la vie des autres membres de sa famille ! Enfin, c'est une pratique courante dans cette société...)

      Par rapport à tes enfants, Vi, je me demande souvent comment j'aurais fait avec des jeunes, ce que je leur dirais, etc. Je crois que le mieux est, pour le moment, qu'il s'assure une place, et donc qu'ils aient un diplôme, un BTS, etc. Ensuite, ce sera à eux de voir... Je pense donc que tu fais au mieux.
      Pfff... (comme tu l'écris)

      Supprimer
    6. +
      Cet article pue le mauvais esprit à plein nez, Virevolte.
      Je l'ai parcouru vite fait, sans lire.
      D'emblée, et ils insistent (à la fin, ils reprennent), ils annoncent que P. Rabhi est un intellectuel. Ceux ne connaissant pas le personnage de s'imaginer un BHL !
      Je connais seulement pour avoir vu son site + une vidéo-conférence et, dernièrement, il est venu dans la région et suis allé l'écouter dans le cadre d'une conférence.
      P. Rabhi est tout sauf un intellectuel ! C'est un homme de la terre !
      Il a passé sa vie les mains dans la terre. Avant, on aurait dit de lui "c'est un paysan", certes intelligent (mais savons-nous ce qu'est l'intelligence ? Visiblement, pas ces journalistes.)

      Les colibris sont maintenant un mouvement indépendant, même si démarré par P. Rabhi.
      Je n'en fais pas partie, ni d'aucun autre mouvement.
      Par "faire le colibri", je voulais dire "faire quelque chose, même de tout petit, pour que ça aille mieux dans ce monde, faire sa part", comme la légende du colibri.

      Supprimer
    7. Oui, oui, j'avais compris ce que tu disais en parlant de colibri, mais ma nièce ayant travaillé dans une structure bâtie par Pierre Rhabi, quand je lis colibri, je pense Pierre Rhabi, j'ai relu l'article, j'en ai parlé à ma nièce qui, elle, a vraiment travaillé dans l'esprit colibri et elle pense comme toi, remarque moi aussi avant même vos deux avis je me suis dit que les personnes gênantes parce qu'elles disent la vérité et bousculent nos repères sont vite attaquées...;)

      Supprimer
    8. ;)
      On vit vraiment dans un monde de salopards (pardon, mais eux ne cessent pas leurs saloperies), il faut vraiment faire attention à tout ce qui se dit et à tout le monde...

      Supprimer
  2. Ouep il crache tout ! Donc faudrait tout recommencer ? mais pour tout reprendre faut que ca pete ! Même si çà fait mal ..... perso je suis perdue au milieu de ce monde pourri meurtrie.... et concrrtement je ne sais quoi faire comme beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas "tout recommencer" ? (En randonnée, lorsqu'on se rend compte qu'on s'est trompé de chemin, ne vaut-il pas mieux faire marche arrière ? Jusqu'à retrouver notre chemin, pour le moins.)

      Que faire ? (Je n'ai pas la réponse, Saby, je me le demande aussi)
      Peut-être, comme ce chanteur, commencer par dire "non" à tout ça, tourner le dos à tout ça, surtout ne plus fonctionner, participer à tout ça...
      C'est comme avec les accords toltèques, d'abord il faut convenir, avec soi-même, de la juste attitude, de ce à quoi on participe ou non...

      Supprimer
  3. Très concis et sans concession. Direct dans le réel !

    RépondreSupprimer