jeudi 22 juin 2017

Synthèse historique et questionnement

Les historiens exercent un grand pouvoir
et certains d’entre eux le savent bien.
Ils recréent le passé en le modelant selon leur propre interprétation.
Ce faisant, ils modifient aussi l’avenir.

– Frank Herbert

Voici une réflexion qui occupe mon esprit :
comment assainir notre fonctionnement tant personnel que communautaire, sociétal ?

Comme déjà signalé*, tout ce que nous vivons aujourd’hui
paraît avoir commencé au Proche-Orient-Mésopotamie-Egypte,
et, étonnamment, c’est le chaos là-bas en ce moment !


Si tu ne connais pas ton histoire, elle se répète.
– Elie Wiesel


Quelque chose a dérapé aux alentours de l’an -8'000 dans la région du Proche-Orient.
Qu’est-ce qui a dérapé, dévié du bon sens ?
Qu’est-ce qui a aliéné l’esprit des dirigeants
en rendant docile et soumis l’esprit de la population ?

Tout ce qui ne parvient pas à la conscience revient sous forme de destin.
– Carl G. Jung

Des probabilités, des pistes (vos participation et suggestions seront les bienvenues) :
A) L’inactivité des enrichis, ayant des esclaves pour travailler,
a eu pour conséquence (je pense) le développement de l’intellect
notamment de la pensée qui calcule et aussi, de la faculté d’abstraction.
Je les imagine débattre entre eux, afin de contrer l’ennui,
et de palier à leurs passivité et excès en tout genre (nourriture, boisson, etc.)
Comme on dit de nos jours « ils refaisaient le monde ».
Ils ont eu des idées et ont élaboré un plan d’action.
Peu à peu, ils ont imposé un mode de vie présenté comme idéal ;
alors que dans les faits, durant ces dix mille ans, il n’a été idéal que pour eux.
Ils ont commencé à aménager le monde,
afin de le faire correspondre à leur vision des choses.
Et le monde devient leur vision idéelle !
C'est ce que j’ai appelé une « bulle d’abstraction ». 
B) Face à leurs stocks (nourriture, puis or, etc.),
ainsi qu’en constatant tant d’humains disposés à se comporter (travailler)
et à obéir selon leurs volonté et désirs,
les dirigeants ont dû se retrouver sous le charme
produit par la sensation du pouvoir sur autrui,
par la griserie des sentiments de puissance et de supériorité ;
à quoi il faut ajouter leur mode de vie divin, bourré de privilèges et de dolce vita,
passé à préparer un monde contrôlable et rentable,
en se grattant le nombril (pendant que les esclaves…)
Il se pourrait qu’une forme de démence ait atteint leurs esprits.
(Je rappelle que l’humain se compose de trois centres majeurs de fonctionnement :
les centres de la sensation-instinctive, du sentiment et de l’intellect.
Lorsque l’un de ces centres dysfonctionne, faiblit, ou, à contrario, s’exalte,
cela se répercute sur les deux autres centres et, pire, cela occasionne une perte d’énergie).
Ceux-qui-prennent privilégie l’intellect au détriment des sensations-instinct
et du sentiment (impression générale comme affect).
La démence serait donc causée par l’inflation intellectuelle
qui aurait déréglé les deux autres fonctions de l'être.
Nos personnes sont devenues disharmonieuses,
nos rapports et relations sociales (tribales, à l'époque) également,
et nous semons la désolation dans l’environnement naturel. 
C) Selon certains : l’influence de Satan**.
En ce temps-là, avant et vers -10'000, il y avait sûrement de drôles de personnages,
des shamans, sorciers, guérisseurs et selon les premiers écrits, des mages.
Lorsque se pratique la magie blanche, la magie noire se pratique à proximité.
Ont-ils trouvé ou fabriqué une drogue particulière ?
Sommes-nous victimes d’un enchantement ou quelque chose comme ça,
ce qui expliquerait l’influence prodigieuse de Ceux-qui-prennent ?
Que s’est-il passé au juste en ce temps-là ?

Qui ne connaît pas l’histoire ne connaît rien.
– Edward Johnston

Même les Ecritures nous parlent de cette infection ou anomalie, de façon indirecte :
« après avoir fauté en mangeant le fruit de la connaissance du bien et du mal », etc.
On peut penser que ce peuple (Ceux-qui-prennent) a comme succombé au Mal ;
puis il a su exploiter le Mal et l’imposer au monde,
notamment en esclavagisant et en corrompant les membres des autres tribus
et en édictant ce qui étaient bien (des lois et devoirs pour mériter la nourriture)
ainsi que des interdits pour ce qu’ils jugèrent mal et mauvais pour leurs affaires ;
jusqu’à en arriver là où nous en sommes aujourd’hui.

La souffrance est un rappel de l’existence de l’âme
dans un milieu qui la dénie.

– Aviva

Les primitifs ne connaissaient pas le mal, ai-je écrit dernièrement.
Comment le croire,
puisque les humains ont toujours été méchants, cruels, cupides, etc. ?
Parce que les primitifs se confrontaient directement au mal,
ils ne le laissaient pas se développer, s’enraciner et envenimer leurs esprits.
Quand ils se retrouvaient dans une situation qui ne leur convenait pas,
ils réagissaient de suite, puis agissaient en sorte de ne plus se retrouver
dans cette situation. C’est-à-dire que le mal ne "s’installait" pas.
On peut dire que les primitifs passaient au travers du mal,
pour rester sains et satisfaits de leur existence.
Qu’est-ce qui fait que les tribus ont plié les unes après les autres ?

Le Mal s’est installé dans les esprits et propagé telle une épidémie dans le monde entier,
à partir d’environ -8'000.
Il s’agit donc, si c’est bien le cas, de l’identifier précisément,
puis d’éradiquer ce mal
; n’est-ce pas logique et sensé ?
Autrement, nous n’en sortirons pas, sixième Constitution ou non,
révolution ou non.

Et presque toute l’histoire est le succès des crimes.
– Voltaire

Comprendre, reconnaître, ce qu'il s’est passé à cette époque,
permettrait d’arracher les racines du mal une fois pour toute
(je parle du mal incrusté dans nos esprits, auquel nous nous sommes habitués,
avec lequel nous composons quotidiennement depuis environ 2'000 ans pour nous français,
et à partir duquel nous éduquons les enfants…)

Comment avancer, aller de l’avant, en se dépêtrant du malsain,
et en laissant la Terre reprendre des forces (ce qui serait vital pour nous, plus que pour Elle) ?
Il s’agirait, je pense, de composer avec ce que nous sommes naturellement
(nos cellules et donc, notre corps, s’en souviennent)
ainsi qu’avec notre récente capacité intellectuelle, mais
en ayant su tirer une leçon de ces dix mille dernières années
de démence si vile.

On ne peut plus revenir à un mode de vie primitif tant la planète est dégradée,
souillée, polluée, et dévastée de ses forêts…
Et aussi, nous sommes beaucoup, mais beaucoup trop nombreux.

Comment transcender tout cela,
en s’assurant impérativement d’avoir déraciné le mal ?
Il nous faut tenir compte que la plus grosse difficulté émane des dirigeants de ce monde
et de tous ceux se raccrochant à cette culture Ceux-qui-prennent,
car ils ne lâcheront rien.
Etant les seuls à profiter de ce système, ils en sont forcément satisfaits.
Ils n’ont aucun intérêt à changer quoi que ce soit,
et surtout pas à ouvrir les coffres à nourriture et eau fermés à clef.

Comment sortir de cette bulle d’abstraction,
de ce rêve qui n’est pas le mien (je ne puis vous impliquer) ?

Les endormis vivent chacun dans leur monde.
Seuls les éveillés ont un monde en commun.

– Héraclite

___________________________________________________________________

Notes et liens
* Le principe civilisé (I) + les quatre autres publications II à V.
** Influence satanique (+ 18 ans)

____________________________________________

14h28 : j'ajoute une chanson de Rockin'Squat,
dont le propos se révèle d'une simplicité désarmant notre esprit enfermé dans une équation.
L'ego s'en retrouve tout désemparé, mais le coeur s'en réjouit et l'âme vibre...




4 commentaires:

  1. Eric,
    Des fois on se dit vraiment que tout a été dit et donc qu'on ne fait que "bavarder" autour et à la fois sans ce "bavardage" on n'avance pas...
    @+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :o
      Deviens-je aussi bavard que les pies (nombreuses où je suis en ce moment) ?

      Tout (ce que nous reconnaissons comme l'Histoire de la sivilisation) n'a-t-il pas commencé par le bavardage des premiers Nababs ? Sûrement, des bavardages intellectuels et des alliances...
      Soyons plus Nababs-rusés-et-intelligents qu'eux...

      Ciao Thierry (tu ne peux rien faire pour nous "secouer comme des arbres" en pleine tempête ?)

      Supprimer
    2. Eric,
      Euh pour secouer faudrait que je fasse un deal avec Orangina et j'ai pas envie. Eux non plus d'ailleurs.
      D'accord elle est nulle.
      @+

      Supprimer
    3. Bah, continue avec tes collages ;)
      Salut Thierry

      Supprimer