mardi 25 juillet 2017

Ennéagramme, le symbole mystérieux

Par un élève de G. I. Gurdjieff se nommant P. D. Ouspensky,
nous, tout public, avons découvert un symbole inédit,
présenté pour la première fois par G. I. Gurdjieff :
l’ennéagramme.



Anecdote : après avoir lu « Récits de Belzébuth… »,
je me suis intéressé à l’ouvrage de P. D. Ouspensky :
« Fragments d’un enseignement inconnu »,
qui est un compte-rendu de ses notes prises au centre de G. I. Gurdjieff.
À peine un an ou deux après avoir découvert les lois de Trois et d’Octave,
je fus surpris de découvrir, en librairie,
d’abord un livre, puis plusieurs, traitant de l’ennéagramme.
Il se trouve que ces auteurs brillants comme mes chaussures neuves,
ont exploité une information des plus mineures :
l’étude des personnalités grâce à l’ennéagramme.
J’en profite pour rappeler ou informer ces "ôte-heures"
que G. I. Gurdjieff a évoqué 27 types de personnalités différentes (et non pas 9).
Le fait d’avoir exploité l’ennéagramme est une chose, « affaire oblige »,
mais de constater que l’enseignement d’un Individu se trouve diminuer à un détail,
somme toute insignifiant, cela démontre les limites certaines de l’entendement général.
Ces "ôte-heurs" auraient dû signifier qu’une dimension de ce symbole leur échappe,
la principale,
cela aurait été honnête et juste vis-à-vis des lecteurs découvrant ce symbole,
qui, maintenant, associent automatiquement l’ennéagramme
à l’étude des personnalités, ce qui est absurdement réducteur.
Un exemple de réduction insensée, par une métaphore :
admettons que vous n’ayez jamais conduit une voiture et que vous en avez envie.
Depuis au moins une semaine, alors que je promets de vous apprendre à conduire,
je vous parle des essuie-glaces ; au point, que je pense même rédiger quelques livres à ce sujet :
les essuie-glaces pour les nuls, les 7 points à savoir sur le maniement des essuie-glaces, etc.


À savoir : pour G. I. Gurdjieff, le symbole de l’ennéagramme exprime la Création,
toutes créations et ses mouvements ; un processus et sa dynamique.
Il a précisé qu’un individu saisissant ce symbole par son entière personne
en arrive à comprendre le fonctionnement de tout : phénomènes, corps vivants, etc.

G. I. Gurdjieff a expliqué que ce symbole retranscrit les deux lois (naturelles)
fondamentales et universelles suivantes :
- la loi de Trois ;
- la loi de Sept, dite aussi d’Octave, ou encore « loi de Neuf ».

G. I. Gurdjieff est resté vague au sujet de ce symbole,
tout en précisant que l’ennéagramme représente Le symbole des symboles :
« la Pierre philosophale ».

Voici ce qu’il en a dit, selon les notes prises par P. D. Ouspensky :
Le symbole de l’ennéagramme exprime la loi de Sept dans son union
à la loi de Trois. 
Prise isolément, l’existence d’une chose ou d’un phénomène que l’on examine
est le cercle fermé d’un processus d’éternel retour
se déroulant sans interruption.
Le cercle même (de l’ennéagramme) est le symbole de ce processus.
(…)


Le nombre de lois fondamentales qui, dans le monde et dans l’homme,
régissent tous les processus, est très restreint.
La première loi fondamentale est la loi des trois Forces.
La seconde loi fondamentale est la loi de Sept ou loi d’Octave.
La loi fondamentale, qui crée tous les phénomènes, est la « loi de Trois »,
la loi des trois Principes ou Forces.
Son symbole majeur est celui de la Trinité, comme celui du triangle.
 
Pour la production d’un phénomène, il faut :
- une force active ou positive,
- une force passive ou négative,
- une force neutralisante ou conciliante.
Les trois Forces sont actives.
Elles apparaissent comme active, passive et neutralisante
à leurs seuls points de rencontre,
lorsqu’elles entrent en relation les unes avec les autres.
 
Lorsque les trois forces se croisent, il se crée un point de jonction ;
des mondes se créent, des phénomènes.
La troisième Force reste la plus difficile à observer et à comprendre.

La loi d’octave explique maints phénomènes de nos vies, qui, sans elle,
demeureraient incompréhensibles.
Le premier est celui de la déviation des forces.
Puis vient le fait que rien au monde ne reste à la même place,
ou ne demeure identique : tout se meut, tout se déplace, change, et, inévitablement,
monte ou descend, se renforce ou s’affaiblit, se développe ou dégénère,
c’est-à-dire se meut sur une ligne d’octave soit ascendante, soit descendante.

Et le troisième point est que dans le développement même des octaves,
ascendantes ou descendantes, se produisent continuellement des fluctuations,
des crues et des décrues. (…)


Le symbole qui prend la forme d’un cercle divisé en neuf par des points,
reliés entre eux dans un certain ordre par neuf lignes,
exprime la loi de sept dans son union à la loi de trois.


Chaque tout intégral, chaque cosmos, chaque organisme,
chaque plante est un ennéagramme.
Mais tous les ennéagrammes n’ont pas nécessairement un triangle intérieur
.
Lorsque, dans un organisme donné, se trouve le triangle intérieur,
c’est preuve d’une présence d’éléments supérieurs (…)


Ce triangle intérieur est possédé par des plantes telles que le chanvre, le pavot,
le houblon, le thé, le café, le tabac et beaucoup d’autres qui jouent un rôle
dans la vie de l’homme. L’étude de ces plantes peut nous révéler beaucoup
en ce qui regarde l’ennéagramme.


Il n’est rien qui ne puisse entrer dans l’ennéagramme et y être déchiffré.
Un homme isolé dans le désert tracerait-il l’ennéagramme sur le sable,
il y pourrait lire les lois éternelles de l’univers.
Et il apprendrait chaque fois quelque chose de nouveau,
quelque chose dont il ignorait tout jusqu’alors.


L’ennéagramme est le mouvement perpétuel.

L’ennéagramme, pour être compris, doit être pensé comme étant en mouvement,
comme se mouvant. Un ennéagramme figé est un symbole mort ;
le symbole vivant est en mouvement.


Lien

* Ennéagramme, étude
______________________________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire