dimanche 19 novembre 2017

Vérité in&out


- Peut-on toujours dire la vérité ?

- À soi-même, il faut s’y efforcer,
afin de voir les choses comme elles sont.
Aux autres, je me demande si c’est important ?

- Pas important de dire la vérité ?

- J’sais pas.
J’en viens à penser que, dans ce monde des humains,
c’est suicidaire, physiquement ou socialement ou psychiquement,
de dire la vérité. « Ce-qui-est » met mal à l’aise.
Personne n’en veut, ça vient gâcher le pseudo-plaisir du civilisé,
le « on y croit », le sentiment d’importance perso, etc.

- Mentir c’est tricher, tromper,
s’empêtrer dans le leurre et le malsain.
Comment se dire la vérité si je mens aux autres ?

- Je crois que c’est une question d’adaptation aux circonstances.
Être sincère avec soi
tout en sachant agir au mieux dans la situation du moment.
Un exemple : parmi les hyènes et les chacals,
peut-on se comporter comme un chien bien éduqué ?
Tu comprends ?

- Si on est avec des menteurs, ça ne sert à rien de dire la vérité.
Un truc comme ça.

- Exactement.
En fait, il s’agirait de viser le moins de mensonges possibles
et surtout, d’utiliser des menteries ne prêtant pas à conséquences,
qui ne nous engagent pas ni ne nous entravent ni ne nuisent à quiconque.
Le principal consiste à ne pas perdre le fil de sa vérité, consistante et persistante,
d’où la nécessité de ne pas se mentir à soi-même.

Le pire des pièges consiste à finir par croire à ses propres mensonges.

La vie (extérieure, avec les autres) est un jeu.
Tout jeu comporte une logique et des règles.

Jouer sans tricherie, avec des gens corrects, est un régal.

Mais jouer avec des tricheurs, sans tricher soi-même,
est peine perdue, un gâchis de temps et d’énergie.

Le tricheur manipule la logique et les règles pour s’assurer une victoire.

On ne jouerait pas si on savait à l’avance qu’on perdrait, quoi qu’on fasse.
N’avoir pas l’espérance de gagner ôte tout plaisir de participer, non ?

Laisser ne serait-ce qu’un tricheur agir impunément, et le jeu se corrompt.
Or, dans ce monde, le jeu est des plus injustes, inéquitables, malsains, truqués.
Et ceux qui trichent sont ceux qui édictent les lois et règles du jeu !

- La vérité, on ne se la doit qu’à soi-même.

- Ouaip.

- C’est une affaire de discernement :
selon les personnes avec qui l’on interagit,
se tenir disposé à être et dire vrai si on sent que l’autre s’efforce à l’objectivité,
mais apprendre à se protéger des personnes qui n’en ont que faire,
du juste et équilibré.

- Yep, se méfier des personnes qui se refusent et se ferment
à la seule idée de pouvoir perdre la partie,
ou d’avoir moins que les autres.

- La vérité confronte à soi-même, à ses manquements,
à ses faiblesses et lâchetés, à ses erreurs de jugements,
à ses mauvais choix et comportements, à la culpabilité, etc.
Et l’ego en prend un coup.
C’est l’ego qui n’en a que faire, de la vérité. Il la craint.
La vérité représente une menace pour notre personnalité.

- C’est pourquoi tant de gens préfèrent l’illusion des mensonges,
des promesses non tenues,
des discours qui ne correspondent pas aux actes, etc.

- Culture et vérité seraient ainsi ennemies,
en perpétuelle relation conflictuelle, en lutte de pouvoir ;
enfin, tant qu’elles ne se sont pas articulées l’une à l’autre
grâce à leur complémentarité.
C’est ce qu'il se passe en chacun de nous
entre l’ego insensible et l’être sensible ;
pour le dire autrement,
entre la personnalité construite et l’essence sauvage, brute, de notre personne.

- Il nous faut trouver un équilibre entre culture et nature,
et être sincère avec soi-même.
Le reste ne peut se régler qu’au fur et à mesure
et dépend des éléments de l’environnement avec qui l’on interagit.

- Yo.


8 commentaires:

  1. Le mensonge est une vérité qui n'a pas eut le temps de s’accomplir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis comme ça, ça s'écoule...
      poésie et clarté...

      Supprimer
  2. Un discours auquel j'adhère parfaitement ! Se mentir à soi même le moins possible et moduler par rapport à qui on a en face de soi ! Même si dans la société actuelle on a tout de même bien souvent l'impression d'être le perdant, mensonge ou pas ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Eric,
    À dire vrai c'est pas faux !
    La loi du cas par cas est tellement répandue que je me demande quel dictateur(ice) a su l'imposer.
    La vie ?
    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Thierry,
      La vie n'impose rien d'autre que de répondre à nos besoins :
      boire, manger, se laver...
      Eventuellement, on peut évoluer, grandir, croître en intelligence.

      Tout le reste n'est qu'affaire intéressée (et donc, calculée) des humains.

      J'ai parlé.

      Supprimer
  4. 😊adaptation à la situation , oui, du coup je me tairai pour me protéger .... peine perdue .... et serais sincère et vraie avec ceux qui le sont

    RépondreSupprimer