mercredi 1 février 2017

Qui, pluriel ou singulier ?

S’observer et se questionner.

Que ou qu’est-ce qui permet de réfléchir ?

Qui questionne et qui répond en soi-même ?

Qui pense pendant que je suis en train d’écrire ces mots,
et qui ressent le besoin de les écrire ?

Qui, en moi, aime ou n’aime pas ?
Est-ce une seule voix, toujours la même,
ou sont-elles plusieurs voix, à évaluer ?

Qui m’insulte (« t’es nul ») ?
Qui juge et condamne ?
Qui se sent victime ?
Qui gratifie ?

Qui sait et dit la vérité,
et qui ne sait pas, disant n’importe quoi ?

Qui, combien de qui s’inquiètent en moi,
ce qui génère de l’angoisse sans motif direct ?
Et, qui s’efforce de rassurer, réconforter ?

Qui geint, qui rit, qui raille ?

Qui est défaitiste,
qui est utopiste ?

Qui se replie, invoquant l’isolement ?
Qui, au contraire, ne demande qu’à s’exhiber ?

Qui désire du pouvoir ?

Qui obéit ?
Qui se révolte ?
Qui fantasme ?
Qui rêve ?

Qui chante, en ce moment ?

Combien sont en moi ?
Qui commande en mon vivarium de voix intérieures ?
Y a-t-il lien et communication entre mes divers moi-protagonistes ?
 
Y a-t-il continuité entre les divers moments et épisodes formant mon existence ?
 
Suis-je, au fond de moi, une seule et unique personne, entité ?

Qui, que, puis-je devenir ?




2 commentaires:

  1. Eric,
    Beaucoup de décisions à prendre. T'as le profil pour beaucoup je trouve !
    @+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup = non-profil ?

      Tu m'as donné une idée, Thierry (pour le gribouillis).
      Merci, à +

      Supprimer