lundi 13 mars 2017

Aimer la gloire


Ritch est beau.
Il le sait parce qu’il se regarde longtemps, plusieurs fois par jour, dans divers miroirs,
vitrines et autres. Et il est top-modèle, ce qui confirme cela.
Sa beauté est officielle voyez-vous, il n’y peut rien, Dieu l’a voulu ainsi.
Il ne s’en plaint point.

Brook est belle, douce et quasiment vierge, à une dizaine d’expériences sexuelles près,
des expériences de jeunesse, inévitables selon les psychanalystes.
Nature, elle n’utilise que des produits de beauté bio.
Des quelques retouches subies en chirurgie esthétique,
elle a tenu à ce que le résultat la laisse le plus naturel possible.
Brook est également top-modèle et mannequin pour la prestigieuse enseigne Castaflor.



Dans le cadre d’un spot publicitaire, Brook et Ritch se sont rencontrés.

Tout le monde le disait sur le plateau, ensemble ils formeraient le couple idéal.
Alors Ritch s’est intéressé à Brook.
Brook n’en revenait pas !
Le superbe Ritch. Il la regarde, elle.
Remarque, elle le vaut bien.
« Sa riche famille est honorable. Un parti intéressant », se dit-elle,
« et il a une superbe voiture ».

Brook s’est décidée pour une attitude intimidée, mais pas trop,
genre « non, laisse-moi… je ne suis pas ce genre de femme… »
en espérant qu’il insiste encore, « voyons comment tu t’en sors, cher Ritch ».

Ritch, touché par la candeur de Brook, s’est retenu de l’embrasser sur le plateau.
Il lui a sorti le grand jeu « avant toi c’était fade,
depuis notre rencontre, c’est le printemps dans ma vie »
.
Brook l’a embrassé.
Ritch l’a enlacée de façon qu’il jugeait séante, romantique, tendre.
Il lui a susurré dans l’oreille « prenons le temps de nous découvrir ;
avec toi, je sens que nous allons faire un sacré bout de route »
.
Brook a trouvé ce discours viril et convaincant.
Elle a décidé qu’elle pourrait se fier à lui.
Elle en a les larmes aux yeux en pensant « l’homme de ma vie, j’y crois pas ! »

Ritch est reparti en marchant bizarrement.
Faut dire qu’il avait une érection à faire péter le slip.
C’est pourquoi il a décidé d’aller, dès ce soir,
en reconnaissance du terrain où il enterrerait sa vie de garçon.

Brook a pris du retard. Elle a rendez-vous chez un riche admirateur qui l’aide à percer.
Elle se sent si heureuse. Elle voit son avenir se dessiner.
Elle et Ritch. Toutes les femmes jalouses d’elle.
Elle pourra le publier sur Facebook et Twitter. Woaw !!
Brook affiche un grand sourire de satisfaction.

Cette nuit-là, Ritch a couché avec Claudia, une nympho,
ainsi qu'avec Chiara et Marcelle, deux homosexuelles, à l’occasion bisexuelles.
Il a joui dignement en ayant une pensée furtive pour sa rencontre
inouïe avec Brook « la femme de mes rêves ».

Le promoteur de la carrière de Brook s’est contenté d’un strip-tease.
Il s’est branlé en la matant et en bavant de partout, mais Brook ne regardait pas trop.
Elle s’imaginait se déshabillant pour Ritch.

De retour à son domicile, après avoir téléphoné à sa mère pour lui annoncer la bonne nouvelle,
elle a flanché pour une séance avec le vibromasseur à trois mouvements
contrôlés intelligemment par une micro-puce sensitive.
Elle s'active devant ses miroirs, dont un immense placé au plafond.
Elle jouissait de la sorte pleinement d’elle-même, de sa grâce, de sa beauté.



Le lendemain, Ritch a invité Brook au restaurant. Les deux, en amoureux.
Il lui a subtilement déclaré sa flamme « je crois que je t'aime Brook ».
Elle a rougi et a posé sa main sur sa main en lui disant « c’est réciproque ».

Pendant le repas, Ritch, dans une attitude absorbée par le discours de Brook,
s’imagine Brook le découvrant nu, enchantée par sa jolie silhouette,
ses muscles, et son sexe. Son pénis commence alors ses manifestations palpitantes,
signifiant ainsi qu’il voulait se transformer en phallus.
Gêné, Ritch a commencé à parler de sa mère,
ce qui a eu pour conséquence de le faire débander aussitôt.

Après le savoureux repas arrosé, galamment,
Ritch a tenu à raccompagner Brook jusqu’à son domicile.
Dans le taxi, la mère de Brook lui a annoncé par smartphone
qu'elle se trouve chez elle en ce moment même.
Ritch accepte de la rencontrer. Il embrasse alors Brook, vraiment,
en mettant la langue. Brook répond. Ils se roulent clairement un patin,
alors que le chauffeur les mate par le rétro, une main se frottant l’entrejambe.

Dans son 237 m2, Brook se comporte comme une enfant maladroite et excitée,
alors que Ritch fait connaissance avec sa peut-être future belle-mère.

Soudain, Brook se rappelle qu’elle a encore un rendez-vous chez un photographe.
Elle en aura pour deux heures tout au plus, a-t-elle expliqué toute désolée.
La mère de Brook, déjà bien pompette, disait que cela importait peu,
que Ritch lui tiendrait compagnie.

Ritch se sent sous le charme.

Brook est partie, légère, heureuse,
elle a l’impression de glisser sur le merveilleux asphalte tout frais, noir et odorant,
comme si ses chaussures à talons aiguilles avaient des roues et des ailes.

Pendant que Brook travaille, Ritch apprend à connaître
sa peut-être future belle-mère, qui, décidément,
garde des charmes certains pour son âge.
D’un commun accord, ils sont passés au tutoiement et au whisky.

30 minutes plus tard, Ritch s’est retrouvé en la peut-être future belle-mère,
qui, décidément, était une experte des jeux de l’amour.
Ritch s’est demandé si Brook saurait aussi bien le faire jouir.

Ritch a pris congé, environ quinze minutes après le retour de Brook.

La mère de Brook décide de parler sérieusement avec sa fille :
« cette fois ne fais pas l’idiote, il est parfait ce jeune homme,
tu as de la chance ma fille, je me sens si heureuse… pour toi »
.
Brook est aux anges. Elle a enlacé chaleureusement sa mère.
« Oui, oh oui », sanglote-t-elle de bonheur.

Avant de s’endormir, en pensant à Ritch,
ses jambes ont enlacé son édredon spécial "frotte-frotte".
Cela l’aidât à s’endormir.

Ritch a fait un crochet par le club privé. Là, il a rencontré une ex compagne.
À force de parler du passé, d’un commun accord ils ont décidé
de se laisser aller à en revivre les moments les plus palpitants.

Le lendemain, Brook apprend par Maria que Ritch était avec une nouvelle conquête au club.
Brook pleure, téléphone à sa mère, s’enferme dans une loge. Sa vie s’écroule.

Entre alors Paul, un technicien homosexuel. Paul est si triste de voir Brook pleurer.
Il l’a prend dans ses bras. Brook le serre si fort que Paul sent soudain un début d’érection.
Pour se venger, Brook décide de coucher de suite avec Paul, dans cette loge,
à même le tapis ou sur la table ?

Paul tombe amoureux de Brook. Il téléphone aussitôt pour rompre avec Jean-Baptiste.
Depuis, le très déçu Jean-Baptiste erre dans les toilettes publiques, complètement ivre.

Ritch apprend par Maria que Brook a couché avec Paul.
Ritch n’en revient pas, « et avec un pd en plus ! »

Pendant ce temps, Brook explique à Paul, par smartphone,
que ce fut une erreur, qu’elle aime Ritch.
Depuis, Paul a pris refuge auprès de bouddhistes zen intégristes.

Le soir même, Ritch entre en discothèque.
Grégoire mate Ritch, comme plusieurs autres personnes dans la boîte.

Arrive Brook.
Brook repère Ritch. Elle fonce dans sa direction.
Ritch fait mine de ne pas la voir.
« Ritch », l’implore-t-elle en prenant une pose à faire bander
tous les zooms des photographes de la ville.
« Brook, comment va Paul ? »
Brook est devenue toute rouge. Elle a respiré un bon coup
et répondu « et ta conquête du club, comment s’appelle-t-elle ? »
« Oh », pense Ritch, ponctué d’un « merde alors » non formulé.
« Ritch, Paul m’a juste consolée, c’est toi que j’aime. »
« Brook, tout ceci est un effroyable malentendu, cette femme était mon ex »
Ils s'embrassent, enfin. Puis, ils dansent et boivent et s’embrassent de nouveau.

Plus tard, ils firent l’amour, pour la première fois, dans la décapotable de Brook,
que son père lui a acheté trop content d’apprendre pour Ritch.

Brook et Ritch se sont mariés et ont eu beaucoup de beaux amants et maitresses.

10 commentaires:

  1. Ah ??? mais que t'arrive t'il ? Tu as fait une overdose de gala ( je ne sais même pas si ça existe encore !!! ) et de séries tv genre amour gloire et beauté !!! C'est pas terminé d'ailleurs cette interminable série ? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Interminable, oui !
      Pour l'anecdote : un hiver, en haut d'une montagne (travail en station), vers 1988-89, tous les soirs à l'heure du diner(en cantine) passait ce feuilleton ! Cela m'a marqué, et m'a définitivement dégoûté de la TV
      :))

      Supprimer
    2. Moi, ce qui m'a totalement dégoutée de cette série, c'est un séjour chez ma tante en bretagne. je ne m'étais pas rendue là-bas depuis plus de 10 ans et j'étais contente de revoir mes cousins, cousines et ma tante mais c'était sans compter sur la concurrence de cette série, ils ont préféré regarder la TV plutôt que de discuter avec moi alors que je repartais le lendemain et que nous ne savions pas si nous allions nous revoir avant longtemps ..... pffff !

      Supprimer
    3. Déconcertant ce que tu racontes !
      Eh oui, quand la TV devient plus importante que la vraie vie,
      qu'une vraie relation, il faut se poser des questions (pour le moins).
      Idem avec Internet.

      Supprimer
  2. Oh pétard t as pété un plomb ?😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi ou ceux qui regardent ce genre de connerie télévisuelle ?

      Supprimer
  3. Ah ah tu voulais savoir si on connaissait ? ... tu vas attirer la foule fais gaf' ..... Oh tu sais pas y a un blogueur qui nous raconte A G B... viens viens on va lui dire bonjour ... bon tu m as bien fait rire sur le coup.

    RépondreSupprimer
  4. Un néo conte de faits l'un pour ou contre l'autre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que, maintenant, tu vas aller direct t'acheter une TV, Thierry,
      tu peux te faire une idée de ce que tu manques..., et ta culture alors ?

      Supprimer